Bonne année 2013 et rétrospective 2012.

Après avoir passée une année riche en émotion et en navigation, il m’est apparu important de réaliser cette rétrospective afin résumer ces premiers moments et ces premières courses avec mini doudou.

Beaucoup d’entre vous comprendrons peut être l’engagement et le temps que nécessite ce projet.

C’est l’occasion aussi de remercier tous ceux qui ont donné un gros ou un petit coup de pouce pour la réalisation du projet, le convoyage depuis les Sables, pour le mâtage, le support logistique, le décollage d’autocollants, le ponçage, la préparation des courses, le bricolage, les courses en double ou alors qui m’ont simplement soutenu, accompagné et motivé.

Merci!!

Publicités

Le Grand Huit: minorque nous voilà! (Août 2012)

Le Grand Huit: 500 milles en double ou en solitaire: La Grande Motte – Estartit – Minorque – Estartit- La Grande Motte.

IMG_0804

Cette course sera préparée aux petits onions, pas de convoyage, et je dois bricoler quelques petits trucs (cloisons d’insub, padeye et quelques bricoles sur les voiles, repeindre le numéro sur la coque).

IMG_0849

Je ne suis pas une championne du bricolage, mais je me débrouille, et en fait c’est mon côté artistique qui ressort, un cercle n’est pas toujours un cercle !!:-)

Une petite présentation de l’équipage Philippe Bellard / Agnès Menut et Mini doudou 582 sur le blog de la course: grand huit

Des amis et de la famille viennent au départ… la emocion es aqui!

Philippe Bellard m’accompagne et a bien peaufiné la météo, les effets côtier avec notre concurrent direct Colibri.

SONY DSC

Le départ est donné pour midi le dimanche. Feu, à 2-3 noeuds nous prenons le départ, correct pour notre part, bienqu’un peu moins de vitesse, on est dans le paquet. Nous faisons une première petite erreur, nous traversons le plan d’eau pour passer au sud des premiers parcs à huitre comme prévu.

DSC_0011

SONY DSC

Nous reprenons de la distance aprés le passage du parc à Agde, nous descendons vers Estartit plus vite, au portant, nous faisons vitesse et reprenons nos concurrents directs.

Le passage des Medes est génial, tous les bateaux s’y retrouvent et se croisent à coup d’empannages. Nous sommes mieux placés et passons sous genak aprés les îles, nous restons sous genak au début, pour prendre une bascule repérée par nos experts météo, quitte à abattre un peu. C’est bien ça marche. Nous entamons la nuit auprés du tip top 542,il va plus vite au prés, mais nous le tenons. A quelques dizaines de milles de minorque, l’absence de vent est totale, c’est simple nous avons le sentiment d’être sur un lac, aucune risée en vue. Mon coéquipier, habitué des lacs, plonge et nage autour du bateau, pas de risque vu notre vitesse.

P1060517

Nous nous en sortant pas trés trés bien, Ville de Marseillan repasse devant sous Genak une fois que le vent rentre. On longe l’île essayant d’éviter les vagues. Mais nous perdons un peu, au large cela passe mieux. Au petit matin par contre, philippe identifie des cellules octaedriques, cellule où le vent concentrique rend fou les bateaux nous entourant. En comprenant le fonctionnement nous naviguons d’une cellule à l’autre et passons devant Ville de Marseillan et Resaro.

P1060529

Nous passons l’île d’Aire au coude à coude.

Nous nous envoyons au lofe sous spi, nous perdons puis repassons Resaro, trés chouet moment.

La remontée se passe bien, une petite faute tactique, un bord trop long à l’est nous décale. Nos compères sont donc passés devant une fois aux Medes.

Des Medes à la Grande motte, 30 noeuds sont annoncés par les protos au milieu du Golfe. Nous démarrons avec un empannage sous grand spi raté, une belle figure, mais pas de casse. Le vent monte, un ris ne veut pas venir, on prend le 2eme et envoyons le Medium. La nuit tombe, sans lune, nous n’y voyons rien, et la mer se forme.

P1060558

Aprés quelques galères et fatigue je decide de nous poser sans spi et de rentrer un peu dans le golfe.

Petite erreur, le coup de vent se calme par l’arrière de la flotte, nous ralentissons, et le moral baisse, mais le vent revenant nous finissons sur de beaux surfs à la Grande motte. Arrivés 9eme en série sur 11, nous aurions pu mieux faire, mais satisfait d’être allés au bout de cette course épuisante. Contents de savoir que Colibri a fini 1er.

542490_348761588543849_474525483_nLien vers les albums: Grand huit

Première sortie en solitaire – Juin 2012

Allez, on y va!!

Partir seule sur le bateau, le xième défi de l’année mais me voilà prête. Enfin pas toute à fait seule, mathieu part avec moi, mais sur Colibri et nous partons pour 24h de Palavas, nous virons la bouée d’atterissage de Sète et allons à Faramant en Camargues, une petite centaine de milles.

Aprés une ligne de départ prise en 2nde ligne d’une régate, j’essaie différentes voiles. Un petit 10 noeuds nous accompagne et mini doudou glisse au prés jusque Sète. Ensuite, genak envoyé, la manoeuvre est nickel les dauphins, rare dans le coin m’accompagnent pour cette première… un signe! il est bon d’être en mer à cette saison et ce petit air. La nuit sera sous spi et le passage de la cardinale dans la nuit, nous revenons doucement à Palavas avec une majestueuse pétole en arrivant, je finis au moteur.

Les amis sur les surprises, prêts à prendre le départ de régate viennent à ma rencontre !

Yess j’y suis arrivé et je me suis régalée!

IMG_0679 IMG_0691

Gran Premio Italia – Avril 2012

IMG_0487

Tout d’abord, on commence par un convoyage divisé en deux. Le premier jusqu’à Hyeres avec Mathieu Claveau dans des conditions parfaites. Le bateau 1 mois après son arrivée va déjà traverser une partie de la Méditerranée, et moi avec!

Les surprises s’entraînent à la sortie du port et nous disent au revoir. Le convoyage, rapide au début, bien que les premières manoeuvres testées en solitaire ne sont pas fructueuses…satané genak… mais quelques pointes à12noeuds nous font bien avancer. Nous finissons au moteur.

IMG_0454

10 jours plus tard, c’est Olivier Bordes qui m’accompagne pour le reste du convoyage… pas une mince affaire. Nous partons sous spi tranquillement, nous passons les îles avec un beau coucher de soleil. La partie française fût douce. C’est au passage du Cabo o Mele dans la nuit, trop prés des côtes nous tirons des bords carrés sous la pluie avec un bon 30-35 noeuds non visible aux fichiers d’après mes informateurs, sans arriver à passer ce foutu cap. Au petit matin, le vent tombe et la combinaison pluie/houle reste… « Trempés jusqu’aux os », je crois qu’Olivier prend l’entière mesure de cette expression, nous décidons de nous arrêter. Le temps joue un peu contre nous, nous sommes déjà 3 jours avant le départ et il nous reste plus d’une centaine de milles à parcourir. Mais allons y, un repas, et un séchage mérité, nous repartons. Cette fois ci nous remontons mieux au prés, le vent s’est calmé et surtout il fait soleil. Notre progression ralentie même mais arrivons à temps à Gênes, où je retrouve avec plaisir Edwin, nouvellement dans le circuit depuis notre transgascogne commune en 2011 en tant que coéquipier « stagiaire ».

IMG_0466GPI: Gran Premio Italia – 500 milles. (Gênes – Sardaigne – Gianutri -Gênes) en double. Romain Vidal / Agnès Menut et Mini doudou 582

Lien vers la course: GPI

Contrôle Secu ok, Poids du bateau pas ok. Romain Vidal, qui m’a aidé dans ce projet et coaché pour cette première course, arrive et vide le bateau afin de n’emporter que ce qui est utile. Nous partons avec une clé de 12 et un tournevis; parfait, c’est mieux qu’Ikea déjà! Tout est relativement prêt sauf ma BLU, mais nous fouillons dans les magasins de Gênes pour la remplacer. Déjà bien fatiguée, aprés ce convoyage, nous voilà partis sur la ligne de départ. Lors du briefing un coup de Sud ouest au cap corse et golfe de Gênes est annoncé, une potentielle réduction de parcours est mentionnée. Samedi 12h, c’est le départ une 20 aine de bateaux.

Image27

Nous prenons tout d’abord un peu de retard, car une bulle prés des côtes est présente. Première nuit dans la pétole, peu de sommeil pour l’équipage. Le passage de Capraia se fait en tirant quelques bord. Nous décidons de rejoindre la côte Corse afin d’avoir de la brise, ce qui

JRT5343

fonctionne dans la nuit suivante. Nous passons la Calletta au matin de 3 eme jour, au contact avec notre ami Belge, un tip top qui passe la marque avant nous.

IMG_0779

Nous filons alors vers Gianutri, la marque suivante, où nous nous retrouvons devant notre ami avec qui nous naviguons au contact jusque Elbe. Elbe est passée dans la nuit dans une pétole royale, de laquelle nous sortons au petit matin sous spi. Nous nous attendons au coup de vent annoncé dans le Golfe de Gênes, force 7 de SW.

IMG_0773A peine l’île dépassée, le vent monte d’un coup, nous affalons trés vite et prenons 2 ris dans la GV et un dans le solent et sommes partis pour 80 Milles dans un mer trés formée (3_4 m de creux) de travers avec des raffales à 35-40 noeuds. Une deferlente nous projette dans le bateau, ce qui nous vaudra la seule casse de la course: un chandelier.

Epuisée, car à la manoeuvre depuis le début, je suis heureuse de voir que mini doudou tient le choc et moi avec.

Nous arrivons 7eme en série sur 18, beaucoup d’abandons derrière nous.

Et pour ne pas perdre la main … convoyage retour dés le lendemain…. J’adore!!

Voilà 1000 milles sur le bateau en l’espace de 3 semaines… quel début épique!

Lien vers les Photos: Album GPI

Lien

La Saison 2012

C’est la première saison pour Agnès Menut et mini doudou 582, bien que le bateau n’en soit pas à sa première saison.  Tester le bateau dans toutes les conditions ou presque, comprendre ses faiblesses et ses forces, et surtout pratiquer les manœuvres et à peu prés tout apprendre de ce bateau sont mes objectifs pour cette année. Je dois aussi me tester et apprendre juste à courir au large en double puis en solitaire… un challenge pour moi!

Première mission: aller chercher le bateau aux Sables d’Olonne en Février avec les Vidaux ( Jean -marie, conducteur effreiné, et Romain) et le véhicule que l’on nous a gentilment prêté (merci cousin). Profitant de leur expèrience, nous établissons le record Mediterranée -Atlantique – Méditerranée en 20h avec 1,2tonnes derrière nous. Bref, à 5 heure du matin, avec un pilote frais nous soulevons la barrière du port de Palavas et mettons Mini doudou à son emplacement. … ça c’est fait.

IMG_0297

Deuxième mission: mettre le bateau à l’eau, le mâter, l’essayer, l’inaugurer….

Avec l’aide de mes acolytes précédents et de quelques petites mains volontaires, tout se déroule parfaitement. Mini doudou fait son premier virement en méditerranée le 25 Février 2012. Il glisse bien, les voiles ont un peu vécues, mais ça fera largement l’affaire pour cette saison. Quelques amis viennent sur le port, braver le froid et la pluie pour trinquer à ce chouette début d’aventure.

Lien vers l’album photo: http://wp.me/P2OpnIMG_0698

SAMSUNGIMG_0747

Mars 2012:  la Bataille pour obtenir les papiers et le matériel de sécurité à temps avant la minigolfe….  en vain. Tout le mois sert donc à discuter avec les affaires maritimes qui n’avaient pas fait les bons transfert de nom de propriétaire, à obtenir la licence VHF, à investir dans un AIS récemment devenu obligatoire, n°MMSI, valider surtout le radeau de survie, commander le matériel de secu…Afin de donner une idée voici la liste du materiel de sécurité obligatoire:

– VHF pour lequel il a fallu passé un  certificat de radiotelephonie obtenue récemment.

– Pyrotechnique: feu à main, parachute, cyalune…

– balise SARSAT validée par les autorités

– AIS afin d’être detecté et de détecter tout autre navire lui même équipé

– combinaison de survie, radeau de survie, perche IOR si quelqu’un tombe à l’eau…

Avril 2012: Décision: la première course Mini sera le Gran Premio Italia au départ de Gênes. Le timing est court pour l’obtention de tous les papiers, la licence arrive une semaine avant le départ, mais qu’importe il faut convoyer le bateau et 250 milles nous sépare de Gênes. C’est une course de 500 milles sans arrêt, de classe B, il me faut avoir navigué déjà une course de classe A. (j’avais participé à la transgascogne avec Mathieu Claveau sur Okoumé).