La Qualification hors course

Mai 2014:

Après ma première course en solo, la qualification se prépare.

La « qualif » hors course de 1000 milles (soit 1850 km) seul sur son bateau sans arrêt est un moyen mis en place par notre classe, la classe mini 6.50, pour tester le couple homme/bateau et s’ajoute aux 1000 milles en course à parcourir afin de préparer une course au large. Le parcours en Méditerranée est imposé et la classe jugera de la qualification en lisant mon carnet de bord et vérifiera les marques passées et le tampon du port de départ/arrivée … Le départ choisi après quelques reports sera début Mai dans le sens inverse des aiguilles d’une montre qui se profile bien pour moi: Palavas – minorque – sud sardaigne – Zanone (Italie) – Elbe – Gorgonne – Porquerolles – retour palavas

20140429_102630

Voici une petite vidéo résumant cette qualif, qui a été pour moi un sacré moment d’apprentissage, du bateau ainsique de moi même!! Il y aura quelques arrêts qui sont autorisés en cas de BMS (bulletin météo spécial), ça ne doit pas être systématique mais en Méditerranée, la fenêtre de météo prévisible est souvent petite.

Au départ, mathieu et mes parents ont été un d’une grande aide pour préparer le bateau, réparer l’antenne AIS, faire les dernière courses, ranger…. car lâcher les amarres n’est pas si évident!

Il y a eu de jolis moments, de beaux couchers de soleil, de belles rencontres animalières (dauphin, méduses….), de beaux surfs et de belles manoeuvres, des repas délectables et des nuits bien organisées, des moments de fierté et des moments de grande d’émotion….

Mais pendant les 4 traversées de 200 milles loin des côtes, tout cela n’existerait pas sans des moments de fatigue extrême voir même d’hallucination, de questionnement,  de pétole ou de coup de baston, de lyophilisé dégueulasse, de baisse de motivation ….

La qualif, c’est un peu tout ça…. .

Pour moi, ça a duré 12 jours de mer et plusieurs jours d’arrêt à cause d’un mois de mai bien instable, et riche en coups de vent!!!

Récit détaillé:

La première traversée jusqu’à minorque s’est bien déroulée, une première nuit, une 2ème, ça roule…de la pétole, mais je connais le trajet….Le premier moment dans la pétole, sans bruit, ni côte, ni cargos, ni pêcheur…. whaou…. quel moment inoubliable seule à la ronde avec mon mini doudou, légèrement stressant mais on repart avec le vent 🙂

20140509_202717Puis vient la 2eme,  jusqu’en Sardaigne…et celle ci ma donné du fil à retordre, l’anticyclone est remonté bien haut et 12h sans bouger, c’est long!! ça revient par le sud, de façon surprenante, mais on s’en sort. et l’arrivée en Sardaigne donne lieu à une nuit sans sommeil, avec une mer hâchée… j’ai l’impression de mettre des heures à passer l’île del toro!! la pression monte, puis au lever du soleil, tout se calme…. la pétole revient.

20140512_062010

Là je réalise aprés avoir eu mes contacts météo que je vais devoir m’arrêter à cause d’un gros coup de Nord ouest qui descend des bouches de bonifacio vers l’italie. Force 8 annoncée pendant la traversée, je m’arrête à Porto Corallo…. et là, c’est un coup dur dur.

Je me requinque, répare mon bateau et repart le jeudi matin.

La 3ème traversée sera sous le signe des orages, pétole, alterné de coups de vents…. l’arrivée à Zanone se fait vite. Puis tout le long de l’Italie se déroule parfaitement, un peu de ménage, un bon repas…. toujours un peu d’air, du portant, puis reaching, puis du prés…. je finis à Elbe au portant avec un bon 20-25 noeuds.

20140518_140303
Il manque 2 marques: Gorgonne me paraîtra une muraille à franchir (ce qui n’est pas peu dire vu la hauteur de l’île), épuisée, je traîne la patte pour juste une petite île pénitentiaire à 40 milles au Nord d’Elbe,  je savais qu’un coup de vent m’attendrait après……heureusement mes 2 spis m’ont bien aidés. J’avais prévu de ralentir en partant un peu au sud afin de laisser passer ce premier coup d’est et partir avec la fin de cette depression au portant rapide jusqu’à marseille je me disais qu’au portant ça passerait, ils n’annonçaient pas cartouche fort avant mercredi on était dimanche soir…. j’avais du temps.

Une fois contournée…ça sent le retour, et la fin….quel bonheur. Mais le lendemain à midi, à 50 milles de Porquerolles, l’est prévu à 30 noeuds, monte, certes au portant, mais monte en rafale à 42knds à mon anémo et la mer se creuse. Aprés un départ à l’abbaté en allant mettre le tourmentin… ouf le mât n’a pas bougé, et une météo annonçant un prolongement du vent d’est au delà du cap sicié et les 3 jours suivant sur la camargue, je décide de faire un stop à Cavalaire. Peu contente de m’arrêter une seconde fois, mais j’ai déjà presque fait les 1000 milles (en partant de palavas, ça en fait presque 1150) et je n’ai pas envie de tout casser si prés de la fin. Aprés une arrivée à cavalaire, j’attends que le BMS se calme dans la région sud…

Je repars et la dernière partie se déroule tranquillement jusque Palavas!!

20140525_173623A l’arrivée, l’émotion envahit mes yeux et ma gorge se serre. Quelle satisfaction de pouvoir imaginer l’étape suivante, même si pour moi d’autres courses en solitaire seront nécessaires à mon parcours avant une grande course au large. Le bateau va bien et n’a pas de casse.

1000 milles seule sur ce petit bateau (mais costaud)… merci à ce mini doudou qui a très bien tenu le coup!!

Tous les ministes m’ont dit que l’on revenait différent après une qualif ….  je comprends mieux maintenant.

Et recevoir les messages de la famille et des amis qui ont suivi le parcours… priceless 🙂

Et merci au cercle nautique de Palavas pour son soutien!

Aventures à suivre…

Publicités