Mini golfe et sa folle tramontane

12801518_10153956698612629_1914692057345757966_nLa saison reprenant, mini doudou  mérite un bon rafraichissement, en effet à l’aire des étraves rondes et des nouveaux numéros en 900… mon 582 mérite un peu d’attention :-). Je n’ai pas le temps de faire de gros travaux, mais pour une 100 milles, il sera fin prêt dans les temps. Un peu de carénage, une mise à jour du matériel sécu… quelques entraînements précédents… et GO GO MNDD!!

La tram souffle depuis des jours. un coup de sud de la veille du départ apporte aussi de la houle. Bilan, une course musclée s’annonce, 20-25 nds fichier, ce qui veut dire 25-30 dans la vraie vie, voir plutôt 35 au delà de Narbonne.

Je suis relativement sereine et me sens prête. La seule difficulté, hormis le vent soutenu,  est le passage favorable en terre, entre la côte et les parcs à huître. En effet, prendre 30 nds dans cette zone au prés ne m’enchante guerre, mais allons y et évitons les huitres en cette saison.12321424_10154000616413055_2037847230206214142_n

Le briefing de la course annonce un renforcement à Narbonne (30-35nds fichier donc plutôt 35-40) et décide de réduire le parcours, en virant la marque au cap d’agde.

La nuit fût courte, et dés le matin le froid et le vent sont au rendez-vous. Les Figaros, ayant pris un départ la veille, ont essuyés une météo vraiment difficile dans la nuit.

Un peu tendue au ponton, un coup de pouce de Mr Colibri, et hop je suis la 2eme à quitter ma place après Marta, les 2 minettes en course.12804771_10153956641547629_2225909831836816353_n

Une fois en mer, la tension se relâche, le vent est là, je suis partie avec quelques ris (2 derrière et 1 devant) et le bateau va bien. Quelques virements sont nécessaires et top … le départ est donné.

12804697_10153956744302629_5232095428339817848_n

 

Nous remontons au prés, tout va bien, jusqu’à ce qu’au début des parcs de Palavas, la barre devienne très souple.  Puis doux bruit d’alarme sifflote lorsque j’essaie d’enclencher le pilote….merdum, le pilote me lâche. Après avoir centré avec quelques bouts la barre afin de garder le cap, j’attrape vite mon second verrin. Le bateau repart, j’ai perdu sur le 755. Je me glisse dans l’étroitesse de l’arrière de mon bateau au vent. Et je m’aperçois que le verrin hydraulique est déconnecté et semble être décroché de son support.. youpii! Qu’à cela ne tienne, on continue avec ce verrin extérieur qui fonctionne, bienqu’il ne soit qu’en mode  compas.

Et comme nous sommes à la côte et que la Méditerranée adore ça, le vent tombe à 9 nds et bascule, il faut donc renvoyer la toile pour pouvoir avancer à plus de 2 nds. Côte à côte avec resaro, le 641 barré par Grégoire, nous luttons et il sort devant moi avant Sète.

Pendant ce temps là, Thomas sur le 671 et Melchior sur le 755 passent au large. Marta, le 591 et Marc sur le 744, sont derrière et il semble que marc ait aussi des soucis de pilote.

A Sète le vent monte, je slalome entre les filets et un cargo. Nous voilà, juste pour nous afûter, à re – réduire les voiles au fur et à mesure que le vent remonte. Je tire des bords et me rapproche de la terre. C’est là que la mer est moins forte et le vent plus favorable mais aussi beaucoup plus raffaleux. Je recroise Gregoire et Thomas que je ne reverrais plus.

A chaque virement, il est nécessaire de matosser (transporter le matériel d’un bord sur l’autre ). Je m’exécute mais je fatigue, et mon bateau fait pas mal d’écarts avec ce pilote et ces rafales. Je ne me sens pas au mieux de ma forme.

Le vent monte à 30 nds, et je sais qu’il ne va faire que monter. Le bateau ne va pas mal, mais mon rythme d’avant course me fera prendre la décision de ne pas poursuivre, car il me reste une bonne partie du parcours avec du vent plus fort et soutenu ….

Déçue, mais une décision plus safe, j’abats et je me régale en surfant à 10-12 nds …. j’arrive à la grande motte vers 21h avec un accueil sympa de la classe mini et le club… A la grande surprise de nos bretons Annabelle et Yann, de la classe, je maudis alors la méditerranée et son vent instable. En tout cas, je retiens que même si j’aurais dû tenir jusqu’au bout dans ces conditions difficiles (les poursuivants ont enregistrés jusqu’à 40), le peu de course réalisé n’était pas ridicule!sans-titre

La prochaine course…. reste encore à définir!!

Bravo aux 5 qui terminent la course et au podium: Michel, Melchior et Thomas….  et à Marta et son 591 qui a courageusement repris la course après avoir fait une 1er fois demi-tour.

Vidéo de la classe mini du départ: 

 

Photos: http://www.didierhillaire.com/latest

Publicités